ressources renouvelables

Ressources renouvelables de la france en 2022.

Où sont les ressources renouvelables de la France ?

 

énergie éolienne
éolienne

Bien que les énergies renouvelables représentent encore une petite partie de notre consommation d’énergie et proviennent encore principalement de combustibles fossiles, d’ici 2030, leur pourcentage devrait avoir doublé en raison des progrès de l’énergie solaire photovoltaïque, de l’énergie éolienne et de la chaleur renouvelable.

 

Les réserves conventionnelles de pétrole et de gaz en France sont limitées et en voie d’épuisement; L’extraction du charbon n’est pas rentable et a été arrêtée; il n’y a plus de mine d’uranium en exploitation; et l’exploitation du gaz de schiste n’a pas été mise en pratique en raison de préoccupations environnementales.

En conséquence, la France importe tout son charbon (d’Australie, des États-Unis, d’Afrique du Sud et de Colombie), tout son gaz naturel (de Norvège, des Pays-Bas, d’Algérie et de Russie), 98,5% de son pétrole (d’Afrique, des pays de l’ex-URSS, du Moyen-Orient et de la mer du Nord) et 98% de son uranium (Australie, Canada, Gabon, Niger, Russie).

Notre consommation d’énergie primaire est très importante, et son déclin doit s’accélérer afin d’augmenter la part des énergies renouvelables.

Malgré une croissance rapide au cours des dernières années, seulement 19,1% de la consommation d’énergie de la France en 2020 proviendra de sources renouvelables. La loi sur l’énergie et le climat de 2019 a relevé l’objectif de 23% à l’époque à 33% d’ici 2030.

Décrire les sources d’énergie renouvelables.

énergie solaire photovoltaïque
solaire photovoltaïque

Les sources d’énergie renouvelables sont sans fin ou se reconstituent constamment (à l’échelle de la vie humaine).

Les six principaux groupes d’énergies renouvelables sont les suivants:

 

L’énergie solaire, qui génère de la chaleur grâce à des panneaux solaires thermiques ou de l’électricité grâce à des cellules solaires photovoltaïques. Consultez le document de M Ta Terre « Comment fonctionne l’énergie solaire ? » pour en savoir plus. L’énergie éolienne, qui produit de l’électricité à partir d’éoliennes terrestres ou offshore (éoliennes « offshore »). Pour en savoir plus, consultez le rapport de M Ta Terre « L’éolien, une énergie renouvelable prometteuse » ou sur l’hydroélectricité, qui utilise les rivières ou les barrages pour fournir de l’électricité

 Pour en savoir plus, consultez le dossier de M Ta Terre « Hydroélectricité et hydroélectricité », qui traite de la production de biocarburants, du chauffage au bois, de l’incinération des déchets et de la production de biogaz qui sera brûlé pour produire de la chaleur et/ou de l’électricité.

Découvrez la fiche de M Ta Terre « Comment fonctionne la biomasse ? » pour en savoir plus. L’énergie géothermique est obtenue à partir du sol et est utilisée pour chauffer les bâtiments ou générer de l’énergie en utilisant la chaleur stockée sous la surface de la Terre. Consultez le document de M Ta Terre « Comment fonctionne la géothermie ? » pour plus d’informations.

 

L’énergie marémotrice (mouvement des marées), l’énergie des vagues (mouvement des vagues), l’énergie marémotrice (puissance des courants marins) et l’énergie thermique sont tous des exemples d’énergies marines (différence de température des fonds marins et de la surface de la mer). Consultez le dossier de M Ta Terre intitulé « Les énergies marines emploient l’énergie marémotrice pour produire de l’électricité » pour en savoir plus.

L’énorme potentiel de la France

énergie renouvelable
renouvelable

La France abrite le premier parc éolien d’Europe, le cinquième plus grand champ solaire et la quatrième plus grande superficie boisée. En revanche, le biogaz, qui est créé par la méthanisation des déchets ménagers et agricoles, joue un rôle plus important dans le mix énergétique.

En France, le bois-énergie représente 40 % de l’ensemble des énergies renouvelables. Plus de 6 millions de Français ménages sont chauffés par des brûleurs à bois et à granulés. Les chaufferies utilisent de plus en plus de bois pour alimenter des bâtiments entiers et des systèmes de chauffage urbain.

Une définition plus large de la biomasse inclut la production d’énergies renouvelables supplémentaires comme le biogaz à partir de la méthanisation de déchets biodégradables ou de biocarburants.

Après le nucléaire, l’hydroélectricité est la deuxième source d’énergie pouvant produire de l’électricité. Les grands sites favorables aux barrages sont maintenant facilement disponibles, et de minuscules centrales hydroélectriques peuvent encore se développer tant que leur impact environnemental est géré. Seule la centrale marémotrice de Rance utilise l’énergie marémotrice.

Dans le but de transférer la chaleur aux logements, les pompes à chaleur récupèrent la chaleur de la terre ou de l’air. Ils représentent actuellement 9% de la production d’énergie renouvelable de la France.

Ils offrent un grand potentiel de croissance, en particulier lorsqu’ils sont utilisés pour remplacer des radiateurs électriques et des chaudières à mazout ou à gaz inefficaces.

Dans certains endroits avantageux, notamment les bassins parisien et aquitaine, la géothermie profonde pour le chauffage urbain est exploitable. Il peut offrir de la chaleur à faible coût grâce à des réseaux de chaleur à plus de 200 000 équivalents logements sur l’ensemble de l’Île-de-France.

L’énergie éolienne est une technologie établie, fiable et compétitive avec beaucoup de place pour la croissance en France. Environ 1 500 maisons d’électricité sont consommées par la production de chaque éolienne (à l’exclusion du chauffage et de l’eau chaude sanitaire). L’éolien offshore (posé ou flottant), en plus de l’éolien terrestre, présente un excellent potentiel de développement.

Même si elle a maintenant une part moindre dans le mix électrique que l’énergie éolienne, l’énergie solaire photovoltaïque est accessible à l’échelle nationale. La capacité installée a doublé au cours des cinq dernières années, ce qui représente un développement très important pour cette industrie. Les bâtiments ont encore beaucoup de place pour le développement, en particulier sur le toit et le sol (de préférence sur des terrains abandonnés ou en jachère).

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *