open energie

open energie mène la transition énergétique en 2025

La transition énergétique avec open energie: des modèles régionaux diversifiés et contrastés

 

open energie
                                 modèles

Notre contribution dans open energie porte sur une approche territoriale des facteurs énergétiques et socio-économiques, ainsi que sur les acteurs clés de la transition. Nous présentons une enquête de terrain menée auprès des acteurs des filières qui introduisent la transition énergétique selon deux modes de régulation contradictoires : l’un soutenu par les forces du marché et l’autre par les initiatives citoyennes.

 

La transition écologique est devenue un principe directeur des politiques de développement régional, telles que les projets de villes durables et les territoires en transition. L’adaptation de nos sociétés au réchauffement climatique est devenue un enjeu important, devenu emblématique de la crise écologique. En guise de réponse politique, l’Union européenne a fixé un objectif de consommation d’énergie renouvelable de 20 % d’ici 2020 pour tous les États membres. Concernant le territoire français, la loi Grenelle II impose à chaque région d’élaborer un Plan Régional Climat, Air et Energie.

Si les énergies renouvelables (éolien, solaire thermique et avantages photovoltaïque , biomasse ou géothermie) peuvent conduire à une reconfiguration des systèmes énergétiques centralisés , une perspective de sciences sociales révèle la nature multiforme de la transition énergétique.

Ses orientations font ainsi l’objet de multiples traductions, apparaissent même litigieuses, et sont révélatrices de la politisation de la question.

En plus d’examiner les innovations écologiques, l’approche sociologique examine les institutions et les acteurs qui soutiennent la transition. En effet, les acteurs collectifs portent des schémas interprétatifs, ils introduisent des conceptions de la transition énergétique qui définissent différemment l’écologie et l’économie. Il s’agit à la fois de définir les réseaux d’acteurs qui composent les secteurs et de qualifier les représentations de la transition qu’ils détiennent. Utilisent-ils les mêmes grilles de lecture?

Dans quelle mesure remettent-ils en question la représentation d’une ressource infinie et, plus généralement, initient-ils un nouveau paradigme énergétique, ou ne le sont-ils pas ? Notre discussion s’appuiera sur une enquête de terrain menée à l’échelle de l’ancienne région Alsace dans le cadre du programme de recherche européen « Interreg Plan Energies Renouvelables » . Le cas de ce territoire illustre le problème auquel nous sommes confrontés, à commencer par la place du Rhin. D’une capacité de 1 200 MW, la production hydroélectrique sur le Rhin représente aujourd’hui 12 % de la production d’énergie renouvelable de la France.

open energie
consommation

En outre, nous pouvons également mentionner le cas de Fessenheim2, la première centrale nucléaire construite sur Français sol. Toujours opérationnelle en 2017, la centrale a fourni 2,1 % de la production totale d’électricité de la France en 2010 et 88 % de la consommation francaise en 2012.

Le moment de son arrêt potentiel soulève la question du développement des énergies alternatives. Nous avons mené des entretiens semi-directifs avec plus d’une trentaine d’acteurs locaux de l’énergie, dont des opérateurs privés (fournisseurs d’énergie, entreprises d’installation de panneaux solaires) ainsi que des associations et des initiatives citoyennes. Plus précisément, notre conversation a porté sur un projet de parc éolien dans la municipalité de S.3, dont le caractère unique réside dans le financement participatif (type d’actionnariat populaire) de deux des huit éoliennes construites. Nous avons réalisé une enquête sur place à partir d’entretiens semi-directifs4 avec des porteurs de projets ayant participé au développement de l’actionnariat, dont le sous-responsable des questions environnementales et du dossier éolien en S.

et le maire de la commune touchée. En ce qui concerne l’approche de tous les acteurs impliqués dans les réseaux associatifs de l’énergie coopérative, nous avons également rencontré les dirigeants de cinq collectifs locaux et nationaux investis dans le développement d’un même projet open énergie photovoltaïque avis.

La première section passe en revue l’aspect social transition d’un modèle énergétique. En fait, il s’agit d’acteurs, de machines et de techniques qui façonnent le collectif sociotechnique . En bref, un système énergétique est composé de réseaux et d’infrastructures pour la production et la distribution de flux d’énergie. Cependant, ces réseaux ne sont pas dématérialisés, car les techniques et installations mises en œuvre sont organisées par des collectifs d’acteurs qui contrôlent les flux de ressources .

open energie
                                 énergie

Ainsi, le développement des énergies renouvelables implique non seulement la substitution des sources d’énergie par d’autres, mais aussi la transformation du réseau qui les exploite et les distribue . Par conséquent, la transition vers des sources d’énergie alternatives n’est pas évidente et implique une dynamique sociale qui remet en question la relation entre la nature, la technologie et la politique.

 

Au niveau régional, nous reviendrons sur l’importance des décisions énergétiques passées, dont le poids détermine la probabilité de changement, révélant les effets d’une « dépendance »  à l’énergie nucléaire civile. En ce qui concerne la deuxième section, il examine les différentes lectures développées en termes d’« économie verte »ainsi que de systèmes coopératifs ou citoyens. Nous observerons que la transformation est caractérisée par une tension entre discontinuité et continuité, en réponse à diverses interprétations de la transition.

open energie
énergétiques

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *