énergie solaire

énergie solaire: La demande devient élevée.

Une augmentation « spectaculaire » de l’énergie solaire

énergies renouvelables
renouvelables

D’ici 2024, l’Agence internationale de l’énergie prévoit une augmentation mondiale de la capacité d’énergie renouvelable de 50%. L’énergie solaire se développe en raison de la baisse des prix des panneaux photovoltaïques et des réglementations gouvernementales favorables. Mais dans cinq ans, le charbon sera toujours le principal moyen de produire de l’électricité.

L’utilisation des énergies renouvelables se développe. Les nouvelles capacités de production d’électricité à partir d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques augmenteront de 12% cette année, la plus forte hausse en quatre ans, après une mauvaise année 2018 due à un ralentissement en Chine. L’Agence internationale de l’énergie a publié ces prévisions lundi (AIE).

 

L’énergie solaire, qui progresse rapidement dans l’Union européenne, en Inde et au Vietnam, est le moteur du mouvement. De plus, l’éolien terrestre se développe rapidement, en particulier en Chine, en Europe et aux États-Unis.

 

Enchères éoliennes offshore

 

éoliennes
éoliennes solaire

D’ici 2024, l’AIE prévoit une croissance de 50% par rapport à la base existante d’énergie renouvelable, soit 1 200 gigawatts supplémentaires de capacité. Au cours des cinq prochaines années, la flotte augmentera de la capacité de production d’énergie actuellement utilisée aux États-Unis.

L’Agence met l’accent sur l’augmentation des installations privées (sur les toits des maisons, des bureaux, des magasins, etc.), en plus des grandes centrales solaires, et que l’énergie solaire représentera à elle seule environ 60% de l’augmentation. une augmentation que l’AIE qualifie d’« exceptionnelle ». En 2021, la Chine dépasserait l’Union européenne pour devenir le leader mondial de cette industrie.

La deuxième place revient à l’éolien terrestre. Au cours des cinq prochaines années, la base installée de l’éolien offshore va tripler, tirée par l’Europe, où il y a beaucoup plus d’appels d’offres, les États-Unis et la Chine, mais elle sera encore assez petite (seulement 4% de la nouvelle capacité sur cette période). Bien que l’énergie hydroélectrique soit en déclin, elle contribuera tout de même à hauteur de 10 % à la croissance.

Réduction supplémentaire des coûts

 

Le boom solaire récemment annoncé est alimenté par les prix des cellules photovoltaïques qui sont actuellement produites en grande quantité en Chine. D’ici 2024, ils devraient encore diminuer de 15 % à 35 %. Selon l’AIE, les nouvelles fermes solaires sont actuellement plus abordables à construire que les centrales au charbon ou au gaz dans un certain nombre de pays. un début. L’éolien terrestre et l’éolien offshore ont tous deux des coûts inférieurs.

Grâce aux États-Unis et à l’Europe, où les perspectives sont meilleures que prévu, l’AIE a revu à la hausse ses estimations. Une partie de la responsabilité en incombe aux politiques publiques qui fixent des objectifs élevés. La Chine et l’Inde connaissent toutes deux une croissance rapide, mais cette dernière continue de faire face à plusieurs défis, notamment un accès limité au crédit, un réseau énergétique de mauvaise qualité et des difficultés d’achat de biens immobiliers.

 

Energie : les projets éoliens et solaires en France finiront par porter leurs fruits

 

L’État recevra plus de 8 milliards d’euros en 2022 et 2023 de l’énergie générée par Français éoliennes et les panneaux solaires. Cet avantage particulier, lié à la situation électrique provoquée par le conflit en Ukraine, reconnaît les nombreux efforts de l’État pour subventionner les sources d’énergie renouvelables et devrait motiver davantage les activités qui faciliteront la transition écologique en France.

 

La France a investi 43 milliards dans le développement des énergies renouvelables.

 

énergie solaire
solaire

Les investissements dans les énergies renouvelables peuvent être très rentables. En particulier cette année et l’année prochaine, l’État prévoit de recevoir 8,6 milliards d’euros d’énergie éolienne. Même s’il est lié à la récente flambée des coûts de l’électricité, ce gain imprévu repousse les cartes dans la discussion sur la transition énergétique.

C’est une véritable révolution pour le budget de l’État, à cet égard. L’énergie éolienne et solaire a reçu des subventions importantes pendant de nombreuses années. Le développement des énergies renouvelables sur le territoire a bénéficié d’un total de 43 milliards de financements publics au cours des 20 dernières années. La facture devrait augmenter de 10 milliards d’euros supplémentaires cette année et l’année suivante.Cependant, tout a été modifié par l’invasion de l’Ukraine et les tensions qui en ont résulté sur le marché pétrolier.

Ils sont à blâmer pour la montée en flèche des tarifs d’électricité. Ils sont actuellement quatre à cinq fois plus chers que les tarifs auxquels l’État a promis d’acheter des énergies renouvelables afin de protéger les investissements qui y sont réalisés. Les subventions ont donc entraîné des gains, le Trésor conservant la différence.

Une plus grande indépendance énergétique est le résultat de l’éolien et du solaire.

 

Par conséquent, ces chiffres sont suffisants pour persuader le gouvernement d’accélérer le programme d’investissement dans les énergies renouvelables. En fait, si l’énergie éolienne peut également être rentable, un obstacle majeur à son expansion dans la région sera sans aucun doute levé. Nous avons beaucoup à gagner.

Une plus grande indépendance énergétique et une plus grande probabilité d’atteindre les objectifs de neutralité carbone de la transition énergétique résultent de l’augmentation de la production éolienne et solaire. Cependant, deux pièges doivent être surveillés. Il est d’abord crucial de renforcer l’acceptation sociale des sources d’énergie renouvelables. Les Français s’opposent à la présence d’éoliennes dans leur cour, ce qui est un fait connu. Deuxièmement, nous devons nous abstenir de tirer sur la comète.

Le marché de l’énergie est actuellement dans un état extraordinaire. Les prix baisseront inévitablement, mais la manne ne doit pas alourdir les coffres du gouvernement. Afin de maximiser les avantages pour l’État, une réforme est donc envisagée dans le cadre des paramètres de la loi sur le pouvoir d’achat. S’il n’était pas rejeté par les députés, ce serait plus qu’idéal.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *